Connectivité des habitats et biodiversité.


Jeudi 5 Décembre 2019


L’activité humaine fragmente les habitats. L’extension des villes, l’agriculture, les voies de communication (routes, autoroutes, voies ferrées) découpent et parcellisent l’espace naturel. La parcellisation de celui-ci entraîne la disparition de populations par réduction des échanges génétiques (et donc accroissement de la consanguinité) et l’appauvrissement de la diversité spécifique, il ne subsiste dans l’îlot  isolé que les espèces qui y étaient présentes avant l’isolement. Ainsi 70% de la surface des forêts serait constituée de parcelles dont la surface est inférieure à 1km2.

La théorie des métapopulations (populations d’une même espèce répartie sur plusieurs territoires plus ou moins contigus) montre que la connectivité de ces territoires favorise la persistance des populations et la recolonisation des zones où une extinction s’est produite ; mais aucune expérimentation n’a été faite pour confirmer ces déductions et notamment il n’a pas été étudié, sur le long terme, ce que produit l’absence ou la présence de connectivité entre deux territoires concernant le devenir des populations qui y  vivaient.

Des chercheurs viennent de publier* les résultats d’une étude sur le long terme (18 ans) dans laquelle ils ont essayé de mesurer l’effet de la connectivité des territoires sur le devenir des populations qui y étaient déjà établies ou qui s’y sont installées. Nous présentons ici  l’essentiel de leurs observations.

Le dispositif expérimental de base comprenait  une parcelle carrée centrale de 1 hectare qui était connectée ou non à quatre parcelles carrées de 1,375 hectare disposées chacune à 150 mètres de l’un des quatre côtés de la parcelle centrale. Pour les parcelles connectées le corridor de connexion avait 150 mètres de long et 25 mètres de large. Ce dispositif était reproduit 10 fois dans une forêt dense de pins dans laquelle les parcelles expérimentales et les corridors avaient été découpés par abattage des arbres. Le sous-bois ainsi mis à nu était un reliquat de savane de pin (zone herbacée à longues feuilles garnie de quelques arbres) que l’on trouve dans les clairières de la forêt. Il s’agissait de voir le comportement différentiel des parcelles connectées et non connectées lors de la reconstitution de ces savanes. Quel allait être le taux relatif de pertes d’espèces ou de gains d’espèces entre les blocs connectés ou non connectés au cours des 18 années d’observation qui ont suivi ?

La connectivité a accru en moyenne de 5% par an le niveau de colonisation et a diminué de 2% par an le niveau d’extinction. Ces niveaux, quoique faibles, ne varient pas dans le temps, ainsi la richesse en espèces des parcelles connectées s’accroît régulièrement. Aux derniers comptages, sur les 239 espèces recensées dans les parcelles connectées, 24 étaient nouvelles par rapport aux parcelles non connectées soit 14% en plus.

Cette étude montre l’intérêt des observations à long terme en écologie car les processus vitaux sont lents, elle rappelle aussi l’importance de la connectivité. Toute fragmentation de l’espace naturel nécessitée par les besoins de l’urbanisme ou la création de voies de communication nouvelles, devrait réserver obligatoirement une bande de liaison entre les parcelles  naturelles fragmentées. 

* Ellen I. Damschen et al, Science 27 septembre 2019, N°6460, pp.1478-1480  




Les questions environnementales vous intéressent-elles ? Vous pouvez enrichir vos connaissances et acquérir une vision globale de ces problèmes en lisant mon dernier livre : « Environnement, l’Hypothèque Démographique ».



Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Recevoir les nouveaux billets par Email