Progrès dans les prévisions météorologiques.


Vendredi 5 Avril 2019


On a longtemps cru que les variations du climat étaient imprévisibles et l’espèce humaine a continuellement souffert d’accidents météorologiques qui n’avaient pas été prévus. Les choses ont peu à peu évolué au point que l’on incrimine maintenant les services météorologiques lorsqu’un accident climatique n’a pas été annoncé avec suffisamment de précision.

Le centième anniversaire de la société Américaine de météorologie a été l’occasion pour que des chercheurs* fassent une mise au point sur ce qu’ont été ces progrès.

En 1938, un ouragan a frappé la côte de la Nouvelle Angleterre aux Etats Unis, sans aucune alerte météorologique, il y eut 600 morts. Aujourd’hui grâce aux alertes et bien que les populations côtières soient plus importantes, le nombre de décès est généralement très faible. Les prévisions des ouragans à 72 heures sont plus fiables maintenant qu’elles ne l’étaient à 24 heures il y a  40 ans ; elles permettent de mettre les populations à l’abri et de préserver ce qui peut l’être. Les prévisions numériques du temps à 5 jours, données par les centres météorologiques, sont plus précises que celles à 1 jour données en 1980 ! Des prévisions utiles à 9 ou 10 jours sont déjà émises.

Ces progrès sont dus à l’amélioration des méthodes d’observation, à la modélisation et au stockage de données. L’observation a fait des progrès gigantesques grâce aux satellites météorologiques qui photographient plusieurs fois par jour la couverture atmosphérique. L’utilisation d’ordinateurs plus rapides et plus puissants a permis d’établir des modèles à partir d’une quantité énorme de données ; enfin une meilleure connaissance de la physique atmosphérique et de sa dynamique ont contribué aussi à conforter la véracité des modèles.

Le problème de l’établissement de prévisions fiables tient au fait que les données concernant l’état de l’atmosphère à un moment donné sont incomplètes ou incertaines ; les modèles que l’on bâtit sont dépendants de données initiales imparfaites, il faut donc les corriger au fur et à mesure que de nouvelles données sont recueillies. C’est ainsi que l’on améliore fortement sa capacité prédictive.  On peut aussi établir plusieurs modèles numériques à partir de données initiales légèrement différentes mais toutes également possibles.

Certaines caractéristiques annuelles du système climatique telles que la survenue des moussons sont plus persistantes que la variation du temps au jour le jour, on devrait pouvoir, sur ces systèmes, faire des prévisions saisonnières, annuelles et même pluriannuelles.

Il faut aller vers l’amélioration des prévisions d’autres phénomènes environnementaux liés au climat. La survenue d’inondations provoquées par les tempêtes affectent gravement les zones côtières ; celles consécutives à des pluies orageuses intenses font déborder brutalement les eaux des rivières et provoquent de graves dégâts aux habitations riveraines.  Les incendies émettent des microparticules qui polluent l’atmosphère et peuvent affecter la santé des personnes vulnérables. L’installation d’éoliennes ou de fermes photovoltaïques nécessite une bonne connaissance des conditions locales de la fréquence des vents et de la durée de l’ensoleillement etc.

Comment améliorer encore les prévisions météorologiques ? Il faudra maintenir et améliorer la collecte des données en visant des régions et des périodes d’intérêt spécial, en utilisant de plus en plus des sondes automatiques. Ces nouvelles données ne seront utiles que si elles sont assimilées dans les modèles prévisionnels. L’amélioration des modèles eux-mêmes nécessite une meilleure connaissance des phénomènes physiques : interactions mer-air, nuages–aérosols. Le calcul est essentiel, l’utilisation d’ordinateurs puissants et rapides est indispensable pour traiter simultanément des ensembles de modèles prévisionnels.

Les investissements nécessaires aux prévisions météorologiques sont importants mais, selon les auteurs, les retours sont de 3 à 10 fois supérieurs. Ils notent que les pays en voie de développement devraient, eux aussi, bénéficier de systèmes prévisionnels de qualité.

* R.B. Alley et al. Science, 25 janvier 2019, N°6425, pp. 342-344.     




Les questions environnementales vous intéressent-elles ? Vous pouvez enrichir vos connaissances et acquérir une vision globale de ces problèmes en lisant mon dernier livre : « Environnement, l’Hypothèque Démographique ».



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Recevoir les nouveaux billets par Email