Des fraisiers en containers !


Dimanche 5 Avril 2020


L’émission « Zone interdite » de la chaine M6 du dimanche 1er Mars 2020 était consacrée au salon de l’agriculture. Dans l’une des séquences de cette émission, il nous a été présenté une culture entièrement artificielle de fraises. Les plants de fraisiers étaient cultivés dans une enceinte hermétique, ils recevaient un éclairage artificiel, étaient alimentés par une solution nutritive et la température ambiante ainsi que l’hygrométrie étaient parfaitement ajustés en fonction des besoins de la culture. Cet exploit technique nous était présenté un peu comme le futur de l’agriculture.

Un tel exploit peut-être séduisant pour les médias qui recherchent les sujets susceptibles d’épater les téléspectateurs. Ces derniers risquent cependant d’être abusés car ils n’ont pas de compétence pour juger la vraie valeur de la technique. Il me semble donc nécessaire d’expliquer qu’elles sont les faiblesses de ces cultures en containers.

Les plantes sont d’excellents capteurs du rayonnement solaire, elles transforment cette énergie électromagnétique en énergie chimique en fabricant, par photosynthèse, des sucres. Ceux-ci sont distribués dans tout le monde vivant à travers les écosystèmes et y fournissent l’énergie nécessaire à toutes les transformations biochimiques. En remplaçant l’éclairage solaire par une lumière artificielle à lampes, les concepteurs de l’appareil se privent d’un éclairage naturel dont la puissance est inégalée et gratuite, commettant ainsi une première faute économique grave qui handicape sérieusement le prix de revient des fruits récoltés.

La culture artificielle des fraisiers, telle qu’elle est présentée dans les containers, est une culture hydroponique c’est-à-dire que les racines fixées sur un substrat inerte (sable par ex.) sont nourries par de l’eau contenant des sels dissous (des engrais donc). Le fait que les plantes puissent vivre en puisant uniquement dans le sol de l’eau et des sels minéraux a été découvert par les deux physiologistes allemands : Whilhelm Knop et Julius von Sachs aux environs de 1860. Ce mode d’alimentation permet d’ajuster les conditions de nutrition des plantes et l’on obtient ainsi de fortes productions. Cependant les fruits obtenus sont très riches en eau, pauvres en sucres et de faible valeur gustative.

Ces cultures en containers sont en fait une application des enceintes climatiques qui avaient été mises au point dans les années 1980 pour étudier les effets des modifications du climat sur le comportement des plantes mais aussi pour tester la résistance d’un appareil sous des contraintes climatiques. Leur point faible est leur dépense énergétique. Il faut en effet évacuer la chaleur émise par l’éclairage ; il faut réguler la température intérieure quelle que soit la température extérieure ; il faut, c’est ce qui est le plus difficile, réguler l’hygrométrie, enfin il faut renouveler l’air de l’enceinte en le climatisant. Malgré les apparences ces appareils sont complexes et pas toujours fiables (une panne du fonctionnement de la régulation de l’hygrométrie peut entraîner la mort par déshydratation de toutes les plantes qu’ils contiennent). Si l’on ajoute à cela le coût énergétique de leur fabrication on ne peut pas dire qu’ils vont dans le sens d’une réduction des émissions des gaz à effet de serre.

En définitive, cette technique artificielle de culture des plantes, est particulièrement coûteuse en énergie et d’une fiabilité incertaine si l’on veut recréer un climat annuel.




Les questions environnementales vous intéressent-elles ? Vous pouvez enrichir vos connaissances et acquérir une vision globale de ces problèmes en lisant mon dernier livre : « Environnement, l’Hypothèque Démographique ».



Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Recevoir les nouveaux billets par Email